Aberrations chromosomiques et maladies humaines. La polydysspondylie à 45 chromosomes.

MM. RAYMOND TURPIN, JEROME LEJEUNE, JACQUES LAFOURCADE et Mlle MARTHE GAUTIER, Note présentée par M. Léon-Binet.

Comptes rendus des séances de l'Académie des Sciences, t. 248, 3636-3638, séance du 22 juin 1959.


Résumé :

L'analyse des cellules somatiques d'un enfant atteint de malformations multiples, de la colonne vertébrale révèle la présence de 45 chromosomes. L'hypothèse d'une fusion d'un grand télocentrique T1 et du petit télocentrique vs (manquant) est envisagée.

Sommaire

Ainsi que le démontre l'anomalie chromosomique du Mongolisme (Lejeune, Gautier, Turpin) (1), (2), la présence d'un autosome supplémentaire peut être compatible avec la survie et même, parfois, avec la reproduction.

La possibilité d'existence d'autres anomalies chromosomiques nous a conduits à examiner systématiquement les chromosomes d'enfants anormaux. C'est ainsi que nous avons observé la présence de 45 chromosomes seulement chez un enfant atteint de malformations vertébrocostales avec troubles du développement.

Haut

Observations clinique et radiologique

La malformation (polydysspondylie) intéresse trois territoires rachidiens :

- cervical (pincement de l'interligne C3-C4, et fusion des arcs postérieurs de ces vertèbres; rachischisis de C5);

- dorsal (pincement des interlignes D1-D2 et D2-D3, cette dernière vertèbre étant réduite à son hémicorps droit, avec absence de la troisième côte gauche; les lames et les épineuses de ces trois vertèbres sont fusionnées) ;

- sacré : hémi-lombalisation gauche de S1.

Par ailleurs on note un élargissement modéré du canal rachidien dans la région cervico-dorsale et la fermeture de la selle turcique, sans doute par ossification du ligament interclinoïdien.

Comparé aux valeurs conventionnelles il existe un net retard du développement somatique : à 4 ans 1/2 ce garçon pèse 12,200 kg et mesure 0,92 m (au lieu des valeurs moyennes : 16 kg et 1 m). Son tour de tête est de 46,5 cm (au lieu de 49). Mais le père et la mère (normaux) mesurent respectivement 1,63 et 1,49 m; et la soeur normale elle aussi, pèse à 6 ans 16,200 kg et mesure 1,06 m seulement.

Enfin le quotient intellectuel (Qi = o,89) révèle un retard léger mais réel, bien qu'il faille tenir compte des difficultés de langage et de l'instabilité de l'enfant.

Haut

Examen chromosomique

L'utilisation de la méthode de culture de fibroblastes et d'analyse chromosomique précédemment décrite (Lejeune, Turpin et Gautier) (1) a permis de décompter régulièrement dans les cellules de cet enfant 45 chromosomes, au lieu du nombre normal de 46. Les résultats concordants de trois biopsies différentes sont résumés ci-dessous, seules les cellules " parfaites " (Lejeune, Gautier et Turpin) (2) étant prises en considération.

Comptage sur dessinsPhotos et caryotypesTotal
444546444546
Biopsie du 15 janvier 1959 (côté gauche)7512
Biopsie du 20 mai 1959 (côté gauche)549
Biopsie du 20 mai 1959 (côté gauche)6511
181432

Ces 33 cellules et, plus précisément, les 14 caryotypes révèlent l'absence d'un petit télocentrique du type vs, les groupes G, M, Md, P et C étant morphologiquement normaux (cf. Lejeune., Turpin, Gautier) (3).

L'hypothèse d'une absence du vs par non-disjonction pourrait être envisagée si l'on ne constatait régulièrement sur l'un des télocentriques, T1, la présence d'un petit segment fortement coloré au lieu et place des petits bras hétérochromatiques habituels (fig. 1, T2 et T3).

Ces deux constatations, absence d'un vs et présence d'un segment anormal sur un T1, évoquent un remaniement chromosomique [fusion centromérique de ces deux chromosomes (?)].

Au total, il s'agit d'une anomalie certaine (45 chromosomes au lieu de 46) résultant peut être d'un remaniement, avec ou sans perte de substance chromosomique.

Il semble plausible que l'anomalie chromosomique soit la cause du syndrome clinique, mais aucune démonstration directe de ce fait ne peut être actuellement apportée.


Fig. 1. - Cellule et caryotype d'un cas de polydysspondylie à 45 chromosomes (remarquer le prolongement anormal du premier télocentrique T1, et l'absence d'un vs).


Haut

(1) J. LEJEUNE, Mlle M. GAUTIER et R. TURPIN, Comptes rendu, 248, 1959, p. 602.

(2) J. LEJEUNE, Mlle M. GAUTIER et R. TURPIN, Comptes rendus, 248, 1959, p. 1721.

(3) J. LEJEUNE, R. TURPIN et Mlle M. GAUTIER, Bull. Acad. Nat. Méd., 143, n° 11 et 12, 1959, p. 256-265.

(4) J. LEJEUNE, R. TURPIN et Mlle GRUTIER, Annales de Génétique, n° 2, 1959.