Constitution d'un clone à 54 chromosomes au cours d'une leucoblastose congénitale chez une enfant mongolienne

MM. Jérôme Lejeune, Roland Berger, Mlle MARIA Haines, Jacques Lafourcade, Jacques VIALATTE, Pierre Satge et Raymond Turpin.

Comptes rendus des séances de l'Académie des Sciences, t. 256, p. 1195-1197, séance du 4 février 1963. Groupe 12.


Résumé :

L'observation de caryotype allant de 47 à 54 chromosomes dans les cellules sanguines d'une enfant mongolienne suggère une évolution clonale d'une leucoblastose par diploïdisation progressive d'éléments surnuméraires.

Sommaire

La fréquence des hémopathies malignes chez les mongoliens [(1), (2), (3)] ainsi que les observations d'anomalies particulières dans certains types de leucémies [(4), (5)] posent le problème des relations entre aberrations chromosomiques et processus néoplasiques.

La présente Note concerne un cas d'hémopathie congénitale associée à une anomalie caryotypique particulière.

Haut

Observation clinique et hématologique

L'enfant, une fille mongolienne née d'une mère primipare alors âgée de 41 ans, présentait, à la naissance, une hépatosplénomégalie. L'examen sanguin révélait la présence d'érythroblastes qui disparurent au 5e jour et de " leucoblastes " qui persistèrent.

L'enfant, âgée actuellement de 2 ans 2 mois, a présenté depuis le 4e mois un purpura pétéchial et ecchymotique se manifestant par intermittence à l'occasion d'incidents infectieux. Tous les hémogrammes montrent une thrombopénie de taux inférieur à 50000 et des cellules anormales.

Les cellules anormales constatées dès la naissance apparaissent aujourd'hui en grand nombre, 6 % dans le sang, 80 % dans la moelle osseuse. Il s'agit d'éléments de grande taille, de l'ordre de 20 µ à noyau très étendu, jeune, plurinucléolé et à chromatine finement réticulée. Le cytoplasme est tantôt réduit, tantôt abondant, parois hyperbasophile et contient, dans quelques cas, des granulations azurophiles. Ces caractères, du point de vue morphologiques, sont ceux de leucoblastes.

La présence simultanée de tous les autres éléments de la série myéloïde fait penser qu'il pourrait s'agir de myéloblastes.

Haut

Étude chromosomique

Le diagnostic de mongolisme cliniquement certain en dépit de caractères ethniques asiatiques (père vietnamien), est confirmé par une biopsie de peau montrant un caryotype à 47 chromosomes (44 A + XX + 21 ), révélant la trisomie 21 (6).

Les cellules sanguines et médullaires sont examinées à deux reprises, à 15 jours d'intervalle. La culture de sang est réalisée selon la méthode de Moorhead et coll. (7) et la moelle osseuse est cultivée sur coagulum selon notre technique habituelle (8), le liquide surnageant étant fixé au 5e jour, et les cellules fixées sur la lamelle au 7e.

Sur 320 cellules décomptées on observe une variation du nombre chromosomique, allant de 47 à 55 (tableau I).

Tableau I.
Répartition de 320 cellules en fonction du nombre de chromosomes
47.48.49.50.51.52.53.54.55.56.Total.
Sang ( 1re culture) 612--1-1--1 1
Moelle osseuse :
Milieu liquide8-134612368280
Milieu solide10991----3--122
Sang (2e culture) :
Fixation à la 48e heure42--3-3-253-76
Fixation à la 68e heure20--1---4--31
TOTAL19110474101269112320

La fréquence des cellules aneuploïdes diminue très significativement en fonction de la durée de la culture, révélant la fragilité in vitro des cellules anormales, progressivement remplacées par les cellules à 47 chromosomes. Un examen superficiel de la culture de moelle au 7e jour eût ainsi pu faire conclure à l'absence d'anomalies chromosomiques.

Haut

Analyse des caryotypes anormaux

Sur 80 cellules, un caryotype non ambigu a permis d'établir le diagnostic morphologique des éléments en excès (tableau II).

Tableau II.
Nombre de chromosomesCaryolypeNombre de cellules
47 tri 2122
/i8tri 2l + 1v3
49 tri 21 + 2v1
50 tri 21 + 2v + 1T1
51 tri 21 + 2v + 2T1
52 tri 21+ 2v + 2T + 1 M3
53 tri 21 + 2v + 2T + 2 M7
54tri 21 + 2v + 2T + 2 M + 1C36
55tri 21 + 2v + 2T + 2 M + 2 C3
62tri 21 + 2v + 2T + 2 M + 2 C + 18 + 5 M + 21
TOTAL78
Exceptions : une cellule à 51 chromosomes tri21 + 2v + 1T + 1M ; une cellule à 53 chromosomes tri 21 + 2v + 2T + 1M + 1C. Les symboles utilisés, décrits dans un précédent travail (6) représentent : v, groupe (21-22 ); T, groupe (13-15); M, groupe ( 6-l2-X ); C, groupe (19-20).

On remarque que chaque nombre chromosomique correspond à un caryotype particulier et que, d'une catégorie à l'autre, la différence consiste en la présence d'un élément surnuméraire, puis de deux identiques.

Par ailleurs, les caryotypes de nombre chromosomique supérieur comportent toutes les anomalies des caryotypes de nombre immédiatement inférieur, plus une.

Deux cellules seulement sur 80 s'écartent de ce schéma, mais ces irrégularités s'expliquent peut-être par la perte accidentelle d'un chromosome lors de la préparation.

Haut

Discussion

Une telle progression évoque une évolution clonale, par accumulation d'anomalies successives. Un processus de trisomisation, puis de diploïdisation du surnuméraire, pourrait être ici en cause. Dans cette hypothèse, les cellules à 48, 49, ..., 53 chromosomes représenteraient les ancêtres du type à 54. chromosomes actuellement majoritaire, dont les cellules à 55 et 56 chromosomes représenteraient de nouvelles tentatives.

En l'absence d'une preuve directe de filiation d'un caryotype à l'autre, cette hypothèse ne peut être formellement démontrée, mais les faits observés ne s'accordent guère avec la notion plus simple d'anomalies fortuites.


Haut

Bibliographie

(1) G. L. SCHUNK et W. L. LEHMAN, J. Amer. Med. Ass., 155, 1954, p. 250.

(2) J. BERNARD, G. MATHS, J.-CL. DELORME et O. BARNOUD, Arch. Franç. Péd., 12, 1955, p. 470.

(3) W. W. HOLLAND, R. DOLL et C. O. CARTER, Brit. J. Cancer, 16, 1962, p. 177.

(4) P. C. NOWELL et D. A. HUNGERFORD, Science, 132, 1960, p. 1497.

(5) J. RUFFIE et J. LEJEUNE, Rev. Franç. Études clin. biol., 7, 1962, p. 644.

(6) J. LEJEUNE, M. GAUTIER et R. TURPIN, Comptes rendus, 248, 1959, p. 602.

(7) P. S. MOORHEAD, P. C. NOWELL, W. S. MELLMAN, D. M. BATTIPS.

(8) J. LEJEUNE, Ann. Genet., 2, 1961, P. 1. et D. A. HUNGERFORD, Exper. Cell Res., 20, 1960, p. 613.