Translocation 8-22 sans changement de longueur et trisomie partielle 8q. Détection par dénaturation ménagée

J. LEJEUNE1, MARIE-ODILE RETHORE1, B. DUTRILLAUX1 et G. MARTIN2.

Exptl Cell Res 74 (1972).


Sommaire

Une translocation réciproque ne peut être décelée par l'analyse classique que si la morphologie des éléments remaniés diffère de l'aspect normal. Aussi pouvait-on prévoir l'existence de translocations non décelables si les fragments échangés étaient de dimensions identiques [1].

La présente note rapporte le premier cas de ce type, démontré par dénaturation ménagée des chromosomes.

Un première analyse selon notre méthode classique [2] avait révélé chez deux frères débiles mentaux un caryotype à 47 chromosomes, du fait d'un acrocentrique surnuméraire très semblable à un 21 ou un 22 (fig. 1a)

La dysmorphie de ces enfants différant totalement de celle de la trisomie 21, et le caryotype des parents étant d'aspect normal (fig. 2 a) l'origine de l'anomalie n'avait pu être identifiée.

Secondairement l'analyse du caryotype des enfants en fluorescence [3] montra que le surnuméraire n'était ni un 21 ni un 22 ni un Y (fig. 1 b).

Un nouvel examen du caryotype des parents, après dénaturation ménagée par la chaleur [4], a montré des chromosomes normaux chez le père. Chez la mère, il existe deux 21 et un 22, normaux. Le quatrième acrocentrique de même taille que les trois autres, est beaucoup plus faiblement coloré qu'un 22. Au lieu des deux bandes intenses habituelles il existe deux bandes modérément colorées et pratiquement fusionnées.

Dans le groupe C on ne reconnait qu'un seul chromosome 8. Un autre élément d'indice centromérique et de longueur comparable, possède une structure des chromatides identiques à celle d'un 8 pour le bras court et les deux tiers proximaux du bras long. Par contre le tiers distal porte une zone très colorée comparable à l'aspect du bras long d'un 22.

On en conclut que le tiers distal du bras long du 8 a été transféré sur le centromère du 22 et que le bras le long du 22 a été transféré sur le bras long du 8. Cette translocation réciproque peut s'écrire selon la nomenclature établie a la Conférence de Paris 1971 -46 XX, t(8 ; 22) (q22 ; q11) les points de cassures étant situés sur la bande 2 de la zone 2 du bras long du 8 et sur la bande 1 de la zone 1 du bras long du 22. Les chromosomes remaniés sont dénommés respectivement der (8) et der (22) (fig. 2 b).

Haut

Conclusion

Les deux patients porteurs du petit acrocentrique surnumeraire, identique à celui portés par la mère, sont donc trisomiques pour le 1/3 distal du bras long du chromosome 8 ainsi que pour le centromère et les régions juxtacentromériques du 22. On remarque d'ailleurs que les deux enfants souffrent de dystrophies osseuses rappelant celles de la trisomie 8.

Il est peut-être utile de noter que le point de cassure du 22 est très proche du centromère. Ceci pourrait être en rapport avec une fragilité de la région péricentrique des acrocentriques, ce qui s'accorderait avec la fréquence relativement élevée des translocations entre acrocentriques.

Finalement il nous paraît important d'insister sur le fait que l'observation d'une morphologie chromosomique normale après examen classique n'exclut nullement la possibilité d'une translocation réciproque à indices centromériques conservés. L'analyse détaillée de la structure fine des chromatides peut seule déceler des accidents de ce genre.


Fig. 1. Montages partiels du caryotype des enfants: 47, XY, +der(22), t(8 ; 22) (q22; q11) mat. (a) technique classique; (b) fluorescence; (c) dénaturation ménagée.


Fig. 2. Montages partiels de la translocation équilibrée maternelle: 46, XX, t(8 ; 22) (q22; q11). (a) technique classique; (b) dénaturation ménagée.


Haut

Bibliographie

1. Lejeune J, Pediatrics (1963) 326.

2. Turpin R & Lejeune J, Les chromosomes humains (1963).

3. Caspersson, T, Zech, L & Johansson, C, Exptl cell res 62 (1970) 490.

4. Dutrillaux, B & Lejeune, J, Compt rend acad sci 272 (1971) 2638.