Deux cas de trisomie 11q (q231 ? qter) par translocation t(11 ; 22) (q231 ; q111) dans deux familles différentes

A. AURIAS1, Claude TURC2, Yolande MICHIELS3, P.-M. SINET (*), D. GRAVELEAU5, J. LEJEUNE6

AURIAS A., TURC Cl., MICHIELS Y., SINET P. M., GRAVELEAU D., LEJEUNE J. (1975). - Deux cas de trisomie 11q (q231 ? qter) par translocation t(11 ; 22) (q231 ; q111) dans deux familles différentes. Annales Génétique, 18, n° 3, 185-188.


Résumé :

Deux observations de trisomie partielle 11q sont rapportées. L'étude cytogénétique des familles retrouve dans les deux cas la même translocation entre un chromosome 11 et un chromosome 22.L'utilisation des méthodes de marquage des chromatides (bandes R, T et G) précise les points de cassure : 11q231 et 22q111 et permet de penser que le syndrome dysmorphique observé chez les deux proposants est essentiellement la conséquence d'une trisomie pour les segments q231 ? qter du chromosome 11.

Sommaire

Chez deux enfants malformés non apparentés, l'examen chromosomique révèle la présence d'un petit acrocentrique surnuméraire de taille légèrement inférieure à celle des éléments du groupe G.

L'existence de la même translocation entre un chromosome 11 et un chromosome 22 est détectée dans d'une et l'autre famille. L'analyse par les méthodes fines de marquage permet de préciser les points de cassure et le déséquilibre chromosomique des proposants : trisomie pour la région q231 ? qter du chromosome 11, et trisomie pour la région centromérique et le bras court du 22.

Haut

Observations

Haut

Observation n° 1

Le proposant (IV,3) (fig. 1) est né le 14 février 1973 de parents bien portants. L'accouchement s'effectue au terme prévu d'une grossesse sans incident ; on remarque alors une coloration anormale du liquide amniotique. L'enfant pèse 2 330 g ; sa taille est de 46 cm, et son périmètre crânien de 32 cm. Le cri est immédiat et l'Apgar est à 9 à une minute.


Fig. 1. - Cas n° 1. Arbre généalogique.

Syndrome dysmorphique.

Le proposant a été examiné à l'âge de 1 mois (fig. 2 et 3). L'aspect général du visage est vieillot. Le front est barré de rides transversales profondes. Les fentes palpébrales sont légèrement obliques en bas et en dehors. Il n'existe ni hypertélorisme, ni épicanthus. Un discret strabisme convergent est remarqué.

Le nez, qui est large et busqué, est séparé du front par un sillon très marqué joignant les deux caroncules et encadré de deux rides latérales barrant la racine des sourcils. Les orifices narinaires sont largement ouverts et les ailes du nez saillantes.

La lèvre supérieure est longue, avec un philtrum large et bien marqué, séparé de la sous-cloison nasale par une incisure en V. Il existe un important micro-rétrognathisme, une division palatine postérieure et une ptose de la langue évoquant un syndrome de Pierre Robin. Les oreilles, grandes et implantées bas, sont symétriques : hélix peu ourlé, pavillon large et peu cartilagineux, anti-tragus peu marqué, aplasie de la portion verticale de l'anthélix avec saillie de la portion horizontale et crux cymbae. A gauche, on note l'existence d'un petit trou borgne sur la racine de l'hélix ; à droite, la partie verticale de l'anthélix est doublée en avant par un repli inhabituel.

Les membres supérieurs sont hypertoniques et le proposant adopte volontiers une attitude de " suppliant ", les doigts fléchis dans la paume. Cette flexion n'est cependant pas irréductible.

L'étude des dermatoglyphes (fig. 4) montre un écartement inhabituel et bilatéral des triradius sous-digitaux a et b. Les plis de flexion distaux se prolongent jusqu'au bord palmaire entre l'index et le majeur.

Les cuisses sont en abduction. Les pieds, fixés en valgus, sont infiltrés et les plantes présentent des plis capitonnés.

Les mamelons sont anormalement écartés. L'auscultation décèle un souffle systolique important, mésocardiaque, irradiant en rayons de roue. La cardiopathie pourrait être une sténose aortique ou pulmonaire.

La verge est petite. Les testicules sont à l'anneau.


Fig. 2 et 3. - Cas n° 1. Le proposant à l'âge de un mois.


Fig. 4. - Cas n° 1. Dermatoglyphes du proposant.

Histoire familiale.

En 1973, à la naissance du proposant (IV,3) (fig. 1), le père est âgé de 30 ans. La mère, âgée de 26 ans, a fait en 1968 une fausse couche spontanée au terme de 1 mois et demi, et a mis au monde en 1969 une fille bien portante.

Une grande fréquence de fausses couches spontanées est retrouvée dans la famille mais il n'existe pas d'antécédent de naissance d'enfant malformé.

Examens complémentaires.

- Radiographies osseuses : retard d'ossification sans anomalie de structure.

- FO et EEG : normaux.

- LDH érythrocytaire et sérique (Pr Kaplan) : pas d'augmentation de l'activité enzymatique.

Etudes cytogénétiques.

Le proposant possède un petit acrocentrique surnuméraire dans toutes les mitoses étudiées. Cet élément est légèrement plus petit que les chromosomes du groupe G.

L'étude cytogénétique met en évidence chez la mère du proposant et chez 5 autres membres de la famille (fig. 1) une translocation t(11 ; 22).

Les méthodes de bandes R [1] et T [3] permettent de préciser les points de cassure : 11q231 et 22q111 (fig. 5a et b).

Notre proposant qui a reçu le chromosome 22 remanié en surnombre est donc trisomique pour les régions q231 ? qter du chromosome 11 et pour la région centromérique et le bras court du chromosome 22 (fig. 5c). Sa formule chromosomique s'écrit :

47,XY,+der(22),t(11;22) mat.


Fig. 5. - Cas n° 1, Chromosomes 11 et 22. a) Translocation maternelle en bandes R. b) Translocation maternelle en bandes T. c) Chromosomes 11 et 22 du proposant en bandes R.

Haut

Observation n° 2.

La proposante (III,5) (fig. 6) est née le 17 novembre 1972 de parents bien portants. La grossesse s'est déroulée sans incident et l'accouchement a lieu par les voies naturelles au terme de 8 mois 3/4. L'enfant se présente en position céphalique avec une circulaire serrée du cordon. Le poids de naissance est de 2 350 g et la taille de 48 cm. Les bruits du coeur sont entendus mais aucune respiration ne s'instaure malgré la réanimation entreprise.

Syndrome dysmorphique.

L'examen clinique, réalisé à la maternité, fait état d'une morphologie crânienne particulière avec aplatissement de la région frontale et asymétrie des deux hémicrânes. Il existe une fissure palatine et un micro-rétrognathisme.

Les oreilles sont implantées bas et l'on observe un petit bourgeon pédiculé de 2 mm en avant des tragus.

On remarque enfin un pli palmaire transverse sur la paume droite et des pieds bots bilatéraux.

L'autopsie révèle des malformations multiples :

- aplasie de l'hémidiaphragme gauche avec passage de la plupart des viscères abdominaux dans l'hémithorax gauche ;

- hémidiaphragme droit très aminci constitué d'une paroi transparente dépourvue de tissu musculaire ;

- sténose aortique ;

- atrophie rénale droite avec dysplasie évoquant une maladie polykystique unilatérale.


Fig. 6. - Cas n° 2. Arbre généalogique.

Histoire familiale.

En 1972, à la naissance de la proposante, le père est âgé de 23 ans et la mère de 24 ans. Au terme d'une deuxième grossesse, a lieu, en 1974, la naissance d'une fille (III,6) (fig. 6) présentant un état plurimalformatif (mais sans dysmorphie), associant imperforation anale, artère ombilicale unique, anomalies cardiovasculaires avec malposition des gros vaisseaux. Cette enfant décède à l'âge de 2 mois au cours d'une pause respiratoire.

Il n'y a pas d'antécédent familial de malformation ou de débilité. Une tante maternelle (II,1) (fig. 6) est décédée accidentellement à l'âge de 3 ans.

Études cytogénétiques.

L'analyse de 16 mitoses de la proposante montre un caryotype féminin à 47 chromosomes. Avec la coloration classique au Giemsa, le chromosome surnuméraire à l'aspect d'un petit acrocentrique de taille très légèrement inférieure aux éléments du groupe G.

Après application des techniques de marquage R [1] et G [7], on observe chez la mère, de la proposante une translocation t(11;22) (fig. 7a et b). Les points de cassures sont situés, comme pour la première observation, au niveau des bandes 11q231 et 22q111.

Après échange des fragments distaux, le chromosome 22 ne possède donc plus en propre que son bras cours et son centromère, son bras long étant constitué par le segment q231 ? qter du chromosome 11.

L'élément surnuméraire retrouvé chez la proposante présente, après dénaturation ménagée par la chaleur, une morphologie identique au 22 remanié maternel. L'ensemble du caryotype étant par ailleurs normal, l'enfant est trisomique, d'une part pour le bras court et la région centromérique du 22, d'autre part pour le segment q231 ? qter du chromosome 11 (fig. 7c). La formule chromosomique de la proposante s'écrit donc : 47,XX, + der(22),t(11;22) mat. La translocation équilibrée sera retrouvée chez la grand-mère maternelle et chez la soeur de la proposante.


Fig. 7. - Cas n° 2. Chromosomes 11 et 22. a) Translocation maternelle en bandes R. b) Translocation maternelle en bandes G. c) Chromosomes 11 et 22 de la proposante en bandes R.

Haut

Discussion

La description synthétique des principaux signes cliniques observés chez ces deux patients sera effectuée dans cette même revue avec celle d'autres cas de trisomie partielle 11q.

Nous n'aborderons donc ici que l'aspect cytogénétique de ces deux observations.

L'utilisation des méthodes de marquage des chromatides permet de penser que la trisomie observée chez nos deux proposants correspond essentiellement à une trisomie pour les segments q231 ? qter du chromosome 11 ; il est, en effet, vraisemblable que la trisomie associée (centromère et bras court du 22) ne participe que peu, voire pas du tout, à la génèse du syndrome dysmorphique.

Il est enfin intéressant de noter que cette translocation t(11;22) (q231;q111), présente dans nos deux familles, est retrouvée dans une autre observation de trisomie partielle 11q [5], chez un homme stérile [2] et chez une femme ayant eu plusieurs fausses couches spontanées [5]. Une telle similitude des points de cassure évoque, soit une parenté insoupçonnée entre ces familles, soit une affinité particulière entre certains segments chromosomiques.


Haut

Références

1. DUTRILLAUX B., LEJEUNE J. (1971). - Sur une nouvelle technique d'analyse du caryotype humain. C. R. Acad. Sci. (Paris), 276, 3179.

2. DUTRILLAUX B. (1972). - Chromosomal aspects of human mate sterility. In: Nobel Symposia. Chromosome Identification. T. Caspersson and L. Zech, ed. Academic Press, New York, p. 205.

3. DUTRILLAUX B. (1973). - Nouveau système de marquage chromosomique : les bandes T. Chromosoma (Berl.), 41, 395.

4. FRANCKE U. (1972). - Quinacrine mustard fluorescence of human chromosome : Characterization of unusual translocations. Amer. J. Hum. Genet., 24, 189-213.

5. LAURENT C., BIEMONT M.C., BETHENOD M., CRET L., DAVID M. (1975). - Deux observations de trisomie 11q (q231 ? qter) avec la même anomalie des organes génitaux externes. Ann. Génét., 18, 179-184.

6. ROTT H.D., SCHWANITZ G., GROSSE K.P,, ALEXANDROW G. (1972), - C 11 /D 13 translocations in four generations. Humangenetik, 14, 300-305.

7. SEABRIGHT M. (1971). - A rapid banding technique far human chromosomes. Lancet, ii, 971.

8. TUSQUES J., GRISLAIN J.R., ANDRÉ M.J., MAINARD R., RIVAL J.M., CADUDAL J.L., DUTRILLAUX B., LEJEUNE J. (1972). - Trisomie partielle 11q identifiée grâce à l'étude en " dénaturation ménagée " par la chaleur, de la translocation équilibrée paternelle. Ann. Génét., 15, 167-172.

9. WRIGHT Y.M., CLARK W.E., BREG W.R. (1974). - Craniorachischisis in a partially trisomic 11 Fetus in a family with reproductive failure and a reciprocal translocation t(6p + ;11q -). J. Med. Genet., 11, 69-75.