Protocole d'essai de compléméntation du regime alimentaire des patients atteints de trisomie 21.

Jérôme Lejeune


Sommaire

Un travail encore en cours, mais dont les premiers résultats sont hautement significatifs, a montré un déficit plasmatique de sérine et un excès plasmatique et urinaire de cysteine chez les patients atteints de trisomie 21. (Cf ACIDES AMINES ET TRISOMIE 21. Sous presse dans les ANNALES DE GENETIQUE)

Compte tenu du rôle primordial joué par la sérine dans le métabolisme des monocarbones et des anomalies de ce métabolisme dans la trisomie 21, un essai de complémentation alimentaire paraît mériter une investigation détaillée. (Cf Pathogénie de la débilité de l'intelligence dans la trisomie 21.)

Haut

I - Compléméntation par la serine

La L-sérine, préparée et conditionnée par la Pharmacie Centrale des Hôpitaux, sera administrée en deux prises, le matin et le soir au début du repas.

La dose journalière oscillera entre 100 milligrammes par kilogramme de poids corporel et 150 milligrammes par kilogrammes de poids corporel.

Ce dosage est choisi pour trois raisons :

a) quelques essais préliminaires montrent qu'il est fort bien toléré et que ces doses n'agissent que très modérément sur le taux plasmatique de base (le matin à jeun).

b) chez quelques adultes déprimés, l'effet favorable ne semble se manifester que pour une dose supérieure à 100 milligrammes, par kilo, par jour.

c) plusieurs patients ont déjà reçu des doses de cet ordre pendant des mois (de 6 mois à 1 an) sans effet défavorable décelé.

Fourniture. Le produit, ouvertement marqué L-sérine, sera fourni gratuitement par l'INSTITUT DE PROGENESE qui prendra en charge les frais de fabrication de la Pharmacie Centrale des Hôpitaux de Paris.

Haut

II - Groupes et protocoles

Les groupes seront :

- 12 enfants de la naissance à 6 mois, - 12 enfants de 3 à 5 ans, - 12 enfants de 10 à 12 ans.

Aucun enfant atteint de cardiopathie ne sera inclus dans ces trois échantillons.

L'essai se déroulera de la façon suivante :

1) Avant la mise au régime : - Dosage des acides aminés sanguins et urinaires (contrôle de l'acide urique urinaire pour les plus de 2 ans), - Examen clinique. - Examen psychométrique (pour les enfants en âge ou en état de le passer)

2) Après 1 mois de régime : - Nouveau dosage des acides aminés sanguins et urinaires. - Numération et formule sanguine. - Contrôle de l'acide urique urinaire (pour les plus de 2 ans), - Examen clinique.

3) Après 6 mois de régime : - Nouveau dosage des acides aminés sanguins et urinaires et contrôle de l'acide urique urinaire (pour les plus de 2 ans), - Numération et formule sanguine, - Examen clinique, - Examen psychométrique.

Haut

III - Evaluation des résultats

Pour chaque enfant inclus pour l'essai, on estimera la vitesse de développement physique (taille, périmètre crânien etc...) et la vitesse de développement psychique (tests psychométriques et examen neurologique).

Les courbes de croissance déjà établies permettront d'analyser les données en "inflexion" de l'écart réduit normalisé (cf. tiré à part 2, pour description), et d'utiliser l'ensemble des patients étudiés dans l'année (2.000 environ) pour en extraire trois sous échantillons - témoins, correspondant aux caractéristiques des trois échantillons soumis au régime.

Un quatrième échantillon dont on ne peut préciser à l'avance la composition, comprendra des patients :

- atteints de psychose régressive de type Alzheimer, - atteints de troubles psychotiques non contrôlés par les médications habituelles, - et plus généralement des cas très défavorables présentant un retard très grave avec troubles du comportement.

Haut

IV - Contrôles de toxicité

En dehors des contrôles de qualité effectués par la Pharmacie Centrale des Hôpitaux selon les normes habituelles, deux expériences-pilotes ont déjà été réalisées avec l'aide technologique d'un laboratoire extérieur à l'Assistance Publique,il y a une dizaine d'années.

Ces essais préliminaires, réalisés pour des raisons théoriques , avant qu'une démonstration du déficit en sérine ait été obtenue, avaient porté en double insu sur la sérine, la proline, et l'hydroxyproline à des doses variant de 25 à 100 mg/k/j. Ces essais ont permis d'établir que ces produits sont fort bien tolérés et que la prise quotidienne de sérine n'entraîne aucun trouble décelable.

Ceci n'est d'ailleurs pas surprenant puisque le turnover de la sérine est de l'ordre de : 2 à 3 grammes par kg par jour, et que la supplémentation utilisée est donc de l'ordre du dixième des valeurs normales.

Il est très difficile d'estimer à l'avance la dose capable de relever le taux de base de sérine jusqu'au niveau normal. A priori, une dose de l'ordre d'au moins 300 mg. k. j. serait probablement nécessaire.

Haut

V - Pièces justificatives

Sur simple demande du Comité d'Éthique, s'il le juge nécessaire, nous pourrions lui donner communication du dossier toxicologique et pharmacologique précédemment établi par les laboratoires BIOCODEX sous la direction de Monsieur le Professeur MAILLET (deux cents pages environ).

Haut

Tirés à part :

ACIDES AMINES ET TRISOMIE 21 Ann. Génét, 1992, 35, 8-13 PATHOGENIE DE LA DEBILITE DE L'INTELLIGENCE DANS LA TRISOMIE 21 Ann. Génét, 1991,34,n°2,55-64